Madame à Marrakech - 13 restaurants romantiques - Madame à Marrakech
2049
single,single-post,postid-2049,single-format-standard,no_animation

13 restaurants romantiques

RoyalPalm:Le Caravane

Il y a de l’amour dans l’air… En mode palace, en médina ou en ville, sélection d’adresses pour un dîner en tête à tête.

Fairmont Royal Palm
Le cadre : On connait toutes le Royal Palm et son cadre idyllique avec ses grands palmiers, ses oliviers centenaires, son golf et sa vue imprenable sur l’Atlas enneigé… Le soir, c’est au Caravane que l’on se rend pour un dîner en amoureux, dans une atmosphère cocooning. On aime les petites alcôves privatives aux fauteuils en velours rouge protégées des regards par de délicats moucharabiehs.
Menu Saint Valentin : Le Caravane vous propose une parenthèse romantique du 14 au 16 février avec un menu quatre plats spécialement pensé pour les amoureux. Œuf de poule parfait aux écrevisses du lac Aguelmam ; Paris Brest au foie gras, chutney de pomme et gingembre rose ; blanc de turbot cuit à basse température, endives et betteraves à l’orange ; filet mignon fumé, rôti puis pané, royal d’oignon grelot à la truffe, pomme Anna ; cœur sucré à la passion et fraise… Il fait bon être amoureux au Royal Palm !
Menu 4 plats : 850 Dh / personne (hors boissons) avec un cocktail au bar préparé sous vos yeux.

Mandarin

Mandarin Oriental
Le cadre : Dernier-né des palaces de Marrakech, le Mandarin Oriental joue également la carte de la sobriété. Sublimé, l’artisanat marocain se fait alors discret quand il s’agit de laisser place à la lumière. Influencés par la Medersa Ben Youssef, les architectes d’intérieur Dorothée Boissier et Patrick Gilles ont imaginé une entrée où dominent de façon géométrique le noir et le blanc. Colonnes et linteaux de bois foncé, calepinages de marbre tels des zelliges, au sol mais également aux murs, veillent sur un bassin élégamment doré. Nul besoin de trop en faire, la perspective sur les jardins et les bassins extérieurs ravissent les yeux des visiteurs. Pensé telle une maison refuge, le palace répond à trois mots : luxe voyageur et décontracté.
Menu Saint Valentin : Deux restaurants, deux menus. Au Mes’Lalla, votre repas commencera par un amuse- bouche à l’araignée de mer accompagnée de betterave et de caviar osciètre, suivi d’un homard bleu, d’un saint pierre en aiguillette, d’un filet mignon de veau et son jus monté au foie gras. Pour finir ? Un baiser d’amour. Au Ling Ling, c’est un menu à partager qui vous est proposé avec trois entrées (crevette tigre, salade de poulet, rouleau à la truffe noire), trois plats (saint jacques vapeur, brochettes de poulet, curry de crevette) et une panna cotta à la rose vanillée.
Menu au Mes’Lalla et au Ling Ling : 780 Dh par personne.

06_Royal Mansour 0234_ok2

Royal Mansour
Le cadre : Le plus chic, le plus luxe, le plus fastueux… Trêve de superlatifs, le Royal Mansour ne supporte pas la comparaison. Dans les bars et salons de ce qui ne s’apparente ni à un hôtel, ni à un palace mais bien à une destination en tant que telle, l’expérience se veut résolument singulière. Panneaux de mosaïque, de nacre et de sycomore, le bar à cigares s’offre tel un coffret en marqueterie dans lequel on s’isole pour apprécier un cigare ou un armagnac. Mais notre préférence se porte sans hésitation sur Le Bar, espace immatériel fait de reflets et de perspectives infinies au décor végétal, voûte céleste aux reflets d’or et d’argent… C’est avant tout la quintessence du luxe qu’on savoure ici.
Menu Saint Valentin : Le chef de la Grande Table Marocaine, Karim Ben Baba, s’inspire de l’histoire légendaire de la tangia pour faire vivre à ses convives, le 14 février, une soirée de la Saint Valentin pas comme les autres ! Selon la légende, la tangia est initialement conçue pour alléger le fardeau des tâches ménagères aux femmes. Traditionnellement, ce plat mythique est préparé uniquement par les hommes et cuit dans les braises du four à bois d’un hammam ! Chacun des quatorze premiers messieurs qui réserveront le dîner de la Saint Valentin sera invité dans la cuisine du chef pour préparer une tangia à son amoureuse pendant que madame se détendra au spa !
Dîner à 1250 Dh par personne hors boissons, apéritif et cours de cuisine offert. Hammam au tarif exceptionnel de 900 Dh, pour toute réservation d’un dîner de la Saint Valentin à La Grande Table Marocaine. Menu au restaurant La Table : 950 Dh.

OTHELLO

Othello
Le cadre : Nul ne saurait imaginer ce qui se cache derrière cette petite porte au coeur du Palace Es Saadi… Surprise à son ouverture : une ravissante salle d’une rare intimité se reflète dans la verrière éclairée par des bougies comme dansant au coeur des bambous du jardin paysager. Pour la vingtaine de convives que peut accueillir ce petit écrin, un mobilier en chêne clair et laiton a été dessiné. Ses lignes tout en arrondis nous transportent dans un monde de haute gastronomie sicilienne. Au sol, un tapis aux motifs bleus gris d’écailles de poisson nous rappelle que ce monde sera avant tout marin. Car c’est à Venise qu’Othello nous transporte.
A la carte : Une envie de table intime et de saveurs vénitiennes ? C’est la bonne adresse. Le restaurant met la barre très haut en proposant une cuisine que seuls quelques rares palaces de la ville sont en mesure d’offrir. Insalata di Polpo, crudo di branzino, spaghettis alla « Granseola », risoto alle Seppie in Nero, fritura di Calamari, fegato alla Veneziana con polenta alla griglia… Voyage gastronomique assuré !
Antipasti : de 160 Dh à 280 Dh, primi piatti : de 200 Dh à 320 Dh (possibilité de les prendre en demi-portion), secondi piatti : de 240 Dh à 290 Dh, desserts : 120 Dh.

Selman Restaurant

Selman Marrakech
Le cadre : Qui ne connaît pas le Selman Marrakech, ce palace imaginé par Jacques Garcia, avec sa piscine longiligne de 80 mètres, ses pavillons, son parc manucuré, son architecture princière, ses décors orientaux, ses longues perspectives et jeux de symétrie, son foisonnement d’œuvres d’art et son écurie de pur-sang arabes…
Menu Saint Valentin : Huîtres de la baie d’Oualidia et sabayon au champagne, foie gras poêlé accompagné d’un pain brioché et marmelade de mangue, saint jacques en ceviche, rouget et langoustine accompagnés de fines ravioles de cèpes ou magret de canard et poires pochées, soupe aux fruits rouges et son sorbet framboise et rose.
950 Dh / personne avec une coupe de champagne.

Sofitel:Orangerie

Sofitel Marrakech
Le cadre : Au coeur de la ville, à quelques minutes des remparts et de la médina, le Sofitel vous offre une pause à la fois chic et urbaine. Vous aurez le choix entre un tête-à-tête romantique au restaurant L’Orangerie et une soirée un peu plus animée au So Lounge, haut lieu de nuit de Marrakech.
Menu Saint Valentin : Le Sofitel vous propose un même menu dans ces deux ambiances bien différentes. En amuse- bouche : cromesquis de foie gras de canard, poignée de fraises au basilic et vieux balsamique. Puis ravioles ouvertes de crevettes royales, poêlée de cèpes, émulsion à la citronnelle et martini Blanc. Vous aurez ensuite au choix une noisette de lotte rôtie ou un jarret de veau cuisson 36 heures. En dessert, un crémeux chocolat et son cœur fondant de fruits rouges. 700 Dh / personne.

PetitCornichon

Le Petit Cornichon
Le cadre : On le doit à Selma Laraki, architecte d’intérieur chez Aqsel. Bois clair, tons bleus et jaunes, portraits d’animaux habillés façon Renaissance… Ce lieu ne ressemble à nul autre. Et on adore ! Côté cuisine, le chef, Manaf El Bloul, a officié au gastro du Royal Mansour et Erwann Lance, le propriétaire des lieux, est passé par la même maison. Attendez-vous donc à profiter d’une carte et d’un service en mode palace, l’esprit guindé en moins. A la carte : noix de saint-jacques snackées au beurre de crustacés et crème de chou-fleur, coeur de saumon fumé au bois d’argan, sélection de ceviche de dorade, magret de canard rôti avec mousseline de céléri-rave et marrons confits, gambas grillées au charbon, filet de turbot rôti aux condiments et artichauts façon barigoule.
Menu dégustation à 390 ou 490 Dh.

jardins de la medina

Les Jardins de la médina
Le cadre : Blotti dans le quartier de la Kasbah, cette ancienne demeure princière s’impose L comme l’une des adresses les plus chics de la médina. Pilotée par l’excellente chef Sana Gamas,la table coiffée d’une toque Gault et Millau en 2016 mêle recettes marocaines familiales et cuisine nouvelle.
Menu Saint Valentin : escalope de foie gras de canard et banane rôtie, queue de langouste rôtie et sa déclinaison autour de la carotte, pièce de viande
de boeuf à basse température accompagnée d’un jus corsé. En dessert ? Un droit au cœur !
480 Dh par personne, hors boisson.

paillote-053oasiria copie - copie

La Paillote
Le cadre : Imaginez, un immense jardin planté d’oliviers, quelques fauteuils clubs et, à l’intérieur, une ambiance « Out Of Africa » avec des plafonds de plus de six mètres de haut, des chaises façon producteur, une immense cheminée… Vous ne pourrez qu’adorer cette ambiance ultra cosy pour un dîner en tête-à-tête au coin du feu.
Menu Saint Valentin : cèpe en velouté avec éclats de foie gras poêlé ou oeuf parfait ou thon mariné. Paleron cuit pendant quinze heures ou filets de dorade ou magret de canard. En dessert : toute une déclinaison !
390 Dh par personne, hors boissons.

Trattoria

La Trattoria
Le cadre : Un lieu romantique à souhait qui nous accueille dans ses salons cheminée ou au bord de la piscine, entre bananiers, palmiers et yuccas. Un véritable paradis végétal (couvert l’hiver) en plein Guéliz, caché dans une villa Art déco.
A la carte : On y goûte une cuisine italienne raffinée comme on aime avec carpaccio de poulpe, tartare de saumon aux fruits confits, linguinis à l’encre de seiche, filet de loup au citron et pistache, tiramisu et glaces maison… La dolce vita, la vraie !
Entrées de 120 à 140 Dh, plats autour de 220 Dh, pâtes de 130 à 150 Dh.

dar-moha

Dar Moha
Le cadre : Qui n’a pas entendu parlé de son talent légendaire, de sa cuisine hors pair ? S’offrir le luxe d’un dîner à Dar Moha, c’est avoir le plaisir de goûter au charme des lieux : une bulle de tranquillité à l’orée de la médina, au vert d’un joli patio percé d’une piscine en zelliges. Dans l’assiette, d’exquises saveurs nous flattent le palais : pastilla de pigeon à la cannelle, couscous de foie gras à l’huile d’argan, tajine de loup de mer et sa mosaïque de légumes, chakhchoukha aux pommes et safran, couscous de melon au miel de thym… Toujours de subtiles compositions mêlant avant-garde et tradition culinaire.
Menu : Vous goûterez à quatorze petites salades aux parfums du Maroc avant de choisir votre pastilla, votre tajine puis un couscous végétarien avant de vous laisser tenter par un dessert… Le prix ? 530 Dh.

palaiSoleiman2

Le Palais Soleiman
Le cadre : Un palais du 19e siècle comme vous aurez rarement l’occasion d’en voir. Zelliges émaillés, plafonds ouvragés, fresques sculptées, lustres Baccarat, banquettes en velours de Gènes, fauteuils Napoléon III, tables Art Déco… C’est dans un esprit chic et décontracté que les hôtes du palais peuvent désormais goûter à une cuisine marocaine raffinée.
Menu : Trois menus (pas seulement pour la Saint Valentin !) à 350, 450 ou 580 Dh vous sont proposés. Vous aurez à choisir entre le serpentin de lotte et son émulsion épicée, le tajine de poisson farci, le couscous royal aux sept légumes, l’épaule d’agneau, la pastilla au lait croquante, le nougat glacé et ses aubergines confites, les baghrir farcis aux fruits… Ou comment vivre de l’intérieur le raffinement marocain dans toute sa splendeur.

_LePalace

Le Palace
Le cadre : Entre l’esprit boudoir d’un marquis de Sade et l’ambiance branchée du Costes. Banquettes de velours noir sur lesquelles veillent des portraits de famille d’un autre temps, éclairage délicat des lustres de Murano souligné par la dizaine de bougies et, au centre, un immense bar tout de verre vêtu… Où que vous posiez les yeux, chaque objet semble répondre à un autre dans un idéal d’esthétisme poussé. A noter : une playlist entièrement maîtrisée par le Dj qui donne à votre dîner une saveur toute particulière. Quand le son monte un peu, que les beautifull se pressent, on s’installe dans une banquette de velours pour terminer la soirée à déguster cognac, armagnac ou whisky, sous l’oeil d’un Yves Saint Laurent en noir et blanc. Et on se laisse à penser que l’homme aurait aimé ce lieu à l’esthétisme élaboré, à l’ambiance juste ce qu’il faut de délurée…
A la carte : carpaccio de dorade royale, salade de homard, langoustines en papillote, risotto aux gambas, tournedos rossini, parmentier de canard, bar rôti, sole meunière.. Et en dessert : crêpes suzette, tiramisu à la vanille, Paris Brest…
Entrées de 110 à 240 Dh, plats de 170 à 240 Dh, desserts de 70 à 100 Dh.

cafe de la poste - copie

Le Grand Café de la Poste
Le cadre : Ambiance rétro chic en diable pour ce lieu hors du temps semblable ou presque à celui qu’il était au début du siècle. Ancien café, hôtel et relais postal, le Grand Café de la Poste revendique sa nostalgie pour les années 30 : fauteuils club et canapés en cuir, banquettes en velours, cartes postales du début du siècle… Pour un moment en amoureux, on préfère l’atmosphère feutrée du salon à l’étage, ses petits coins intimes et sa cheminée. Ultra cosy! A la carte : Des assiettes à partager… ou pas, comme les planches de charcuterie ou de fromages, les rouleaux de printemps, le foie gras, les huîtres, le tartare de saumon. En dessert : pain perdu, gâteau coulant au chocolat, tarte fine aux pommes, soufflé au Grand Marnier…
Assiettes de 65 à 265 Dh. Desserts de 75 à 95 Dh.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
About the author