Madame à Marrakech - Jardin secret | Medina | Madame à Marrakech
579
single,single-post,postid-579,single-format-standard,no_animation

Jardin Secret

jardin médina Marrakech

 

Improbable… C’est le premier adjectif qui vient à l’esprit quand, derrière des murs aveugles, en plein coeur de la médina, vous découvrez ce jardin de plusieurs milliers de mètres carrés. Abandonné des décennies durant, il est à présent accessible au grand public. Pour notre plus grand bonheur !

Il était une fois un palais du 16e siècle, détruit deux siècles plus tard avec le déclin de la dynastie saadienne, puis réinvesti au 19e par le Caïd Hajj Abdallah Oubihi. Sur le terrain, il édifie un nouveau palais dont le tracé respecte celui de l’époque saadienne. Empoisonné – avec du thé – sur ordre du Sultan Mohammed IV, le Caïd ne profite que peu de temps de sa propriété qui passe aux mains du qadi Moulay Mustapha avant d’entrer dans la famille du sultan Moulay Abdalhafiz puis dans celles, ultimes, de Mohammed Loukrissi. A la mort de ce dernier, en 1932, le palais tombe peu à peu en ruine. Morcelé, squatté… il sombre dans l’oubli jusqu’a sa découverte, en 2008, par un architecte italien passionné, Lauro Milan. L’idée de le restaurer se présente à lui comme une évidence. Huit ans auront été nécessaires pour donner vie à ce jardin, érigé dans la plus pure tradition musulmane. En islam, le paradis est souvent représenté comme une grande fontaine d’où l’eau jaillit constamment. A l’intersection des allées, la fontaine s’affirme comme le centre vivant du jardin. Elle renvoie au symbole de l’eau nourricière qui, depuis l’Arabie ancienne, fonctionne dans l’imaginaire en emblème de la germination, de la fécondité et de la purification. Contrairement aux jardins européens naturellement bien arrosés, le jardin islamique, parce que situé en milieu aride, a fait de l’eau, de la fontaine et des bassins, le principe essentiel de sa philosophie et de son esthétique. Qu’il soit carré ou rectangulaire, on y retrouve toujours le carré fluvial qui organise la mythologie de l’eau dans le Coran : le paradis est fait de quatre fleuves, orientés aux quatre points cardinaux du monde. Deux allées, couvertes de zelliges, délimitent quatre parterres irrigués. Au Jardin Secret, l’eau provient des jardins de l’Agdal. Elle est acheminée par un système de khettara, un système hydraulique vieux de plus d’un siècle. Avant d’accéder au jardin islamique, prenez le temps de vous attarder dans la première partie du palais où des plantes exotiques vous ouvrent le chemin jusqu’au pavillon central. Une jolie carte de snacking et de desserts maison vous y attendent.

Ouvert tous les jours
Tarif : 50Dh – Visite de la tour : 30Dh
121 rue Mouassine, médina
05 24 39 00 40

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
About the author