Madame à Marrakech - MÉDIATHÈQUE POUR TOUSDes bus pour la culture
3235
single,single-post,postid-3235,single-format-standard,no_animation,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

MÉDIATHÈQUE POUR TOUS
Des bus pour la culture

media
media

16 mai 2003, les attentats kamikazes de Casablanca font 41 morts. Ces bombes humaines étaient des jeunes de moins de 20 ans, issus d’un bidonville à la périphérie de la ville. Sentiment d’abandon, lien social et identitaire rompu, vide intellectuel… un terreau fertile cultivé par les extrémistes. Pour comprendre cette réalité, Mahi Binebine a commencé par écrire un livre, Les Etoiles de Sidi Moumen, puis, en réponse, il a créé des centres culturels dans différentes villes du Maroc, Les Etoiles. Son dernier projet : des bus transformés en médiathèque. Le premier s’est posé dans le quartier sensible de Sidi Youssef.

media-small-1

Il est à peine 9h ce matin. Le bus est déjà bien plein. Des filles, en grande majorité, penchées dans le plus grand silence sur des livres grand ouverts face à elles. Asma a 12 ans. Elle déchiffre tant bien que mal une histoire de crocodile qui a mal aux dents. Le matin, il lui faut près de deux heures pour venir au collège. Elle se lève tous les jours à 5h pour espérer monter dans une « carrossa » tirée par une mule qui lui épargnera les 15 km à faire à pieds jusqu’à son collège. Chez elle, il n’y a pas de livres. Sa mère lui dit qu’elle doit s’estimer heureuse d’aller à l’école. Que tout ce temps « perdu », elle doit le rattraper le soir en l’aidant aux tâches ménagères. Alors ce bus et tous ces livres, c’est une vraie bulle d’évasion pour la jeune fille. Elle s’y réfugie quand elle peut : entre deux cours et à l’heure du déjeuner. Il n’y a pas de cantine au collège. Et l’établissement ferme ses portes. Jusqu’à présent, comme des centaines de camarades des établissements environnements, elle n’avait que la rue et ses quelques bancs pour attendre la reprise des cours. Sa vie a changé avec l’arrivée de ce bus en décembre dernier.

Offert tout équipé – 14 ordinateurs et une bibliothèque – par City Bus, il a été placé, avec le soutien de la wilaya, au sein du complexe sportif de Sidi Youssef Ben Ali. A terme, ce sont 30 bus qui vont ainsi être mis à disposition des enfants des quartiers défavorisés de Marrakech. 100 au total dans tout le Maroc. La gestion du projet en a été confiée à Mahi Binebine, dans la continuité des Etoiles, ces centres culturels qu’il ouvre avec le cinéaste Nabil Ayouch et la Fondation Ali Zaoua.

media-small-2

A ce jour, quatre centres ont déjà ouvert – Les Etoiles du Souss à Agadir, les Etoiles de Sidi Moumen à Casablanca, Les Etoiles du Détroit à Tanger, Les Etoiles de la Médina à Fès -, deux autres devraient être inaugurés cette année, le premier à Essaouira – Les Etoiles de Mogador – et le second à Marrakech – Les Etoiles de Jemaâ El Fna -. Pour Mahi Binebine, tout comme pour Nabil Ayouch, la seule réponse à apporter à l’obscurantisme réside dans les arts et la culture. « Les Etoiles » est donc un concept de centres culturels de proximité. Lieu d’apprentissage, de découverte, de partage mais également d’expression, les Centres culturels Les Etoiles de la Fondation Ali Zaoua sont de véritables espaces de vie et de vivre-ensemble. Chaque Centre dispose de différents espaces dédiés à l’éducation artistique – danse, musique, théâtre, arts plastiques, photo, cinéma -, à l’apprentissage des langues – français et anglais -, des salles de spectacle, d’un studio d’enregistrement, d’une médiathèque multimédia, d’une cafétéria comme lieu d’échange et de mixité…

C’est donc dans cet esprit qu’ont été imaginés ces bus, en attendant l’ouverture prochaine des Etoiles de Jemaâ El Fna. Ils ont été pensés en partenariat avec Alain Assouline, président de Webforce 3, réseau de centres de formation en web et informatique, pour permettre aux jeunes d’apprendre le coding et d’être certifiés en 3 mois. A ce jour, l’encadrement se fait par des jeunes filles issues de l’internat Soroptimist de Marrakech, réservé aux filles méritantes des campagnes, projet dans lequel Laila Binebine, soeur de…, est plus qu’impliquée. Ici se joue une belle et grande histoire de famille. Pour la rejoindre, il n’y a qu’à franchir les grilles du stade et pénétrer dans ce grand et beau bus. Les enfants vous y attendent. Aide à la lecture, aide aux devoirs… Vous avez le pouvoir de changer leur vie.

Médiathèque pour tous
Complexe sportif Sidi Youssef Ben Ali
0661165378

media

16 mai 2003, les attentats kamikazes de Casablanca font 41 morts. Ces bombes humaines étaient des jeunes de moins de 20 ans, issus d’un bidonville à la périphérie de la ville. Sentiment d’abandon, lien social et identitaire rompu, vide intellectuel… un terreau fertile cultivé par les extrémistes. Pour comprendre cette réalité, Mahi Binebine a commencé par écrire un livre, Les Etoiles de Sidi Moumen, puis, en réponse, il a créé des centres culturels dans différentes villes du Maroc, Les Etoiles. Son dernier projet : des bus transformés en médiathèque. Le premier s’est posé dans le quartier sensible de Sidi Youssef.

media-small-1

Il est à peine 9h ce matin. Le bus est déjà bien plein. Des filles, en grande majorité, penchées dans le plus grand silence sur des livres grand ouverts face à elles. Asma a 12 ans. Elle déchiffre tant bien que mal une histoire de crocodile qui a mal aux dents. Le matin, il lui faut près de deux heures pour venir au collège. Elle se lève tous les jours à 5h pour espérer monter dans une « carrossa » tirée par une mule qui lui épargnera les 15 km à faire à pieds jusqu’à son collège. Chez elle, il n’y a pas de livres. Sa mère lui dit qu’elle doit s’estimer heureuse d’aller à l’école. Que tout ce temps « perdu », elle doit le rattraper le soir en l’aidant aux tâches ménagères. Alors ce bus et tous ces livres, c’est une vraie bulle d’évasion pour la jeune fille. Elle s’y réfugie quand elle peut : entre deux cours et à l’heure du déjeuner. Il n’y a pas de cantine au collège. Et l’établissement ferme ses portes. Jusqu’à présent, comme des centaines de camarades des établissements environnements, elle n’avait que la rue et ses quelques bancs pour attendre la reprise des cours. Sa vie a changé avec l’arrivée de ce bus en décembre dernier.

Offert tout équipé – 14 ordinateurs et une bibliothèque – par City Bus, il a été placé, avec le soutien de la wilaya, au sein du complexe sportif de Sidi Youssef Ben Ali. A terme, ce sont 30 bus qui vont ainsi être mis à disposition des enfants des quartiers défavorisés de Marrakech. 100 au total dans tout le Maroc. La gestion du projet en a été confiée à Mahi Binebine, dans la continuité des Etoiles, ces centres culturels qu’il ouvre avec le cinéaste Nabil Ayouch et la Fondation Ali Zaoua.

media-small-2

A ce jour, quatre centres ont déjà ouvert – Les Etoiles du Souss à Agadir, les Etoiles de Sidi Moumen à Casablanca, Les Etoiles du Détroit à Tanger, Les Etoiles de la Médina à Fès -, deux autres devraient être inaugurés cette année, le premier à Essaouira – Les Etoiles de Mogador – et le second à Marrakech – Les Etoiles de Jemaâ El Fna -. Pour Mahi Binebine, tout comme pour Nabil Ayouch, la seule réponse à apporter à l’obscurantisme réside dans les arts et la culture. « Les Etoiles » est donc un concept de centres culturels de proximité. Lieu d’apprentissage, de découverte, de partage mais également d’expression, les Centres culturels Les Etoiles de la Fondation Ali Zaoua sont de véritables espaces de vie et de vivre-ensemble. Chaque Centre dispose de différents espaces dédiés à l’éducation artistique – danse, musique, théâtre, arts plastiques, photo, cinéma -, à l’apprentissage des langues – français et anglais -, des salles de spectacle, d’un studio d’enregistrement, d’une médiathèque multimédia, d’une cafétéria comme lieu d’échange et de mixité…

C’est donc dans cet esprit qu’ont été imaginés ces bus, en attendant l’ouverture prochaine des Etoiles de Jemaâ El Fna. Ils ont été pensés en partenariat avec Alain Assouline, président de Webforce 3, réseau de centres de formation en web et informatique, pour permettre aux jeunes d’apprendre le coding et d’être certifiés en 3 mois. A ce jour, l’encadrement se fait par des jeunes filles issues de l’internat Soroptimist de Marrakech, réservé aux filles méritantes des campagnes, projet dans lequel Laila Binebine, soeur de…, est plus qu’impliquée. Ici se joue une belle et grande histoire de famille. Pour la rejoindre, il n’y a qu’à franchir les grilles du stade et pénétrer dans ce grand et beau bus. Les enfants vous y attendent. Aide à la lecture, aide aux devoirs… Vous avez le pouvoir de changer leur vie.

Médiathèque pour tous
Complexe sportif Sidi Youssef Ben Ali
0661165378

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
About the author