Madame à Marrakech - Noureddine Amir au musée YSL - Madame à Marrakech
1918
single,single-post,postid-1918,single-format-standard,no_animation

Noureddine Amir au musée YSL

IMG_0898

Pour son deuxième temps fort, le musée Yves Saint Laurent marrakech nous réserve une jolie surprise avec, pour succéder à la rétrospective Majorelle, une exposition dédiée au créateur Noureddine Amir. L’occasion de découvrir ses créations qui flirtent avec l’art tant son travail se rapproche de l’installation…

@Leila Alaoui @Leila Alaoui

Pierre Bergé ne s’y était pas trompé quand, en 2014, il découvre le travail de Nourredine Amir à l’Institut du Monde Arabe et décide de lui consacrer, deux ans plus tard, une exposition à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent à Paris. De lui, il disait : « Nourredine Amir est un artiste qui se sert du vêtement pour créer son oeuvre. » En 2018, c’est une autre consécration qui attend le jeune homme puisqu’il a été invité par la Chambre syndicale de la haute couture française à participer au défilé Haute Couture de la Fashion Week à Paris, en juillet prochain. Une première pour un créateur marocain !
Son parcours, Nouredine Amir le commence par une formation à l’Ecole Supérieure des Arts et Techniques de la Mode (Esmod) à Casablanca avant de s’envoler pour New-York. Là-bas, il crée des costumes pour l’artiste iranienne Shirin Neshat – avec elle, il fera huit films et une pièce de théâtre – avant de revenir au Maroc. « Il était important pour moi, à ce moment-là, d’être en dehors de la mode pour être sûr que c’était bien ce que je voulais faire de ma vie ». Ses premières armes, il les aiguise en créant pour les hommes. Puis, en 2001, on lui propose de participer à Caftan – un événement qui réunit les créateurs du Maroc autour de la mode traditionnelle. « J’ai imposé une condition : ne pas, justement, présenter de caftans. J’ai beaucoup trop de respect pour cet habit vieux de plusieurs siècles pour plagier en moins bien ce qui a déjà été fait. Les femmes ont toujours conçu elles-mêmes leur propre stylisme. Que puis-je apporter de plus ? ». Il se distingue alors en présentant une collection de haïks revisités. Au fil des années, son travail – toujours basé sur des matières naturelles telles que la laine, le raphia, la soie ou la toile de jute – relève souvent de l’installation. « Mon objectif est de rendre la matière brute visuellement intéressante ». 
Depuis 2003, ses créations ont été exposées au Musée de la Mode d’Anvers (MoMu), au Palais des Beaux-Arts de Lille (2004) et plus récemment dans le cadre de l’exposition « Le Maroc contemporain » à l’Institut du Monde Arabe à Paris (2014-2015). A partir de ce mois de février, c’est dans la salle d’exposition temporaire du musée Yves Saint Laurent que les oeuvres du couturier seront présentées. L’occasion de découvrir ce travail singulier, adaptation talentueuse de l’artisanat marocain dans des créations proches de l’oeuvre d’art. 


@Luc Castel @Luc Castel
Jusqu’au 22 avril

Musée Yves Saint Laurent Marrakech
Ouvert tous les jours sauf le mercredi, de 10h à 18h

Tarif : 100 Dh, 60 Dh pour les Marocains et résidents étrangers au Maroc.

Rue Yves Saint Laurent
05 24 29 86 86

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
About the author