Madame à Marrakech - Serge Lutens / Yves Saint LaurentMarrakech… with love
2726
single,single-post,postid-2726,single-format-standard,no_animation,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Serge Lutens / Yves Saint Laurent
Marrakech… with love

IMG_1467
IMG_1467

Le Musée des Confluences de Dar El Bacha nous offre un regard croisé entre deux amoureux de Marrakech, Serge Lutens et Yves Saint Laurent. Son titre : Etoffe des Sens, Résonances. A découvrir dans l’un des plus beaux palais de la ville, récemment ouvert au grand public.

body

Le premier est parfumeur – sans nul doute l’un des plus doués de sa génération -, le second couturier. Hormis leur talent, ils ont pour point commun leur passion pour Marrakech. Serge Lutens tombe sous le charme de la ville en 1968, deux ans après le premier voyage d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé au Maroc. Né en 1942 à Lille, ce metteur en scène de la beauté sous toutes ses formes, commence par collaborer en tant que photographe avec Vogue, Harper’s Bazaar, Elle… Avant de devenir, en 1968, le responsable de l’image beauté de Christian Dior.

Il restera dans la maison douze ans jusqu’à ce que Shiseido lui propose la direction artistique du groupe. En 2000, il crée sa propre marque, Serge Lutens. Sous son nom, il élabore plus de soixante-dix parfums et une ligne de maquillage. Six ans après son premier voyage à Marrakech, en 1974, il acquiert un ancien riad où il continue encore aujourd’hui d’imaginer des parfums. Pour cette exposition au Musée des Confluences, Serge Lutens revient à son premier amour : la photographie. Il présente ici une série de photographies réalisées dans les années 80 sur les gestes et les ingrédients traditionnels de la beauté marocaine.

L’exposition donne également à voir quelques caftans acquis par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé – offerts à la Fondation Nationale des Musées du Maroc par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent – et deux créations d’Yves Saint Laurent, inspirées des habits traditionnels du Maroc – également offerts à la Fondation. La totalité de cette collection avait fait l’objet, en 2008, d’une exposition à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent. Elle devrait bientôt être exposée au Musée du Caftan et de la parure aux Oudayas à Rabat.

Si cette exposition de ces deux grands créateurs nous invite à redécouvrir la richesse du costume traditionnel et les secrets de l’élégance féminine au Maroc, elle est également l’occasion de se perdre dans les dédales du sublime palais de Dar El Bacha. Portes de cèdre sculptées, vitraux multicolores, zelliges et stucs ciselés, dédales de couloirs richement ornés… Bienvenue dans l’un des plus beaux palais de Marrakech. Résidence de Thami el Glaoui, nommé sultan de Marrakech en 1912 par le Sultan Moulay Youssef, le palais est resté fermé des décennies durant. Confié en 2015 à la Fondation Nationale des Musées (FNM), rénové grâce à de généreux sponsors, il voit enfin ses portes s’ouvrir au grand public en 2018. Autour du sublime jardin – disposé en carrés paysagés plantés d’arbres fruitiers avec en son centre une fontaine de marbre comme le veut la tradition -, on circule de pièces en pièces, chacune richement ornée de zelliges du sol au plafond, de cèdre scuplté et de stucs finement ouvragés.

Jusqu’au 10 janvier 2020
Ouvert du lundi au dimanche de 10h à 18h. Fermé le mardi. Tarif : 60 Dh. 25 Dh pour les Marocains et résidents au Maroc.

Musée des Confluences
Dar El Bacha – Médina

dar-el-bacha
tenu
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
About the author